Typographie, PAO – Prépresse, Flux, RIP, Colorimétrie, Spectro, Séparations, Impression, Engraissement, Norme ISO 12647, calibration, caractérisation…
Ces mots nous sont familiers, mais derrière eux qu’est-ce qu’il se cache ?
Il existe des tas d’articles, plus ou moins sérieux, plus ou moins complexes, qui traitent du sujet.

Alors pourquoi lancer un énième blog sur l’impression ?

La réponse est à la fois simple et compliquée.
Compliquée parce que bien des choses et bien des vérités ont été écrites sur l’imprimerie depuis GUTEMBERG et SENEFELDER sans qui, rien ne serait arrivé. Il suffit de parcourir le Net pour s’en rendre compte.
Simple parce que mon expérience du quotidien m’a fait comprendre que de petits conseils avisés peuvent éviter de s’embêter pour rien. J’aime faire partager mes modestes connaissances du métier et quoi de me mieux qu’un blog ?
Notre profession n’a cessé de progresser à des vitesses vertigineuses et le temps de formation du personnel aux nouvelles technologies se réduit aujourd’hui bien souvent au strict minimum.
Dans un contexte économique difficile, les petites et moyennes imprimeries n’ont pas le temps d’envoyer leurs opérateurs en formation car la production se fait à flux tendu.
Les devis tardent à se transformer en commandes et ces mêmes commandes doivent être réalisées sur-le-champ. Comment dans ce contexte travailler sereinement et avoir la meilleure qualité possible en tenant les délais ?

Notre objectif à travers ce blog sur les métiers de l’impression

Lorsque je visite un imprimeur, et que je pose au chef d’entreprise la question : « Avez-vous des difficultés particulières au quotidien ? » 
La première réponse est souvent « NON ».
Puis en faisant un tour de table avec les opérateurs et les conducteurs, j’apprends que finalement … on s’embête systématiquement sur tel tirage, qu’on bidouille les fichiers pour sortir les images « comme le modèle du client», qu’on ajoute des additifs dans les encres pour éviter ceci ou corriger cela…
Au fil de la discussion, lorsque je parle de contrôle des fichiers au niveau du Prépresse, de linéarisation du CTP dans le Flux, de calibration des presses ou de norme ISO 12647, les gens prennent un air grave comme si je leur parlais d’un univers parallèle uniquement réservé aux grosses imprimeries. On argumente souvent en m’expliquant que c’est compliqué et que de toute manière on n’a pas le temps de mettre en place ce genre de contrôles. En réalité c’est souvent un manque d’information sur les produits et un déficit de formation à chaque étape de la chaîne graphique qui conduit à ces situations. Il existe des méthodes simples et peu coûteuses pour mettre en oeuvre un système de contrôle fiable permettant d’éviter ces « petits problèmes » qui pourrissent le quotidien des salariés et impactent la qualité finale du tirage.
Il ne faut jamais oublier que dans tout processus industriel de production, le résultat ne sera jamais supérieur au maillon le plus faible. Dans la Chaîne Graphique, cette affirmation prend tout son sens !


Dans les semaines qui viennent nous aborderons un thème à la fois : du fichier à l’impression.
Nous nous intéresserons aux produits et à leur utilisation (films, clichés, plaques, encres, additifs…) et aux matériels (CTP, Développeuses, Presses).
Nous comparerons les différentes technologies avec leurs avantages et leurs inconvénients.
Nous donnerons quelques conseils et consignes d’utilisation.
C’est un programme qui peut paraitre ambitieux. Je m’efforcerai de le suivre en toute modestie et sans me prendre au sérieux. Ce partage d’informations nous fera progresser, j’en suis persuadé.
Denis

Share This